Souvent dans notre quotidien, on a affaire à de nombreux business qui semblent réglés comme du papier à musique – et c’est tant mieux pour tout le monde il faut bien le reconnaître – sans se rendre compte de toutes les étapes par lesquelles on dû passer la ou les personnes qui sont à leur tête. Aujourd’hui, sur Expert Start-up, nous allons nous intéresser à un secteur économique tout à fait particulier et soumis à des restrictions tout à fait contraignantes, le secteur pharmaceutique et plus précisément à l’acteur local du secteur qu’est la pharmacie d’officine.

Pour revenir sur ce que nous disions plus haut, le plus souvent quand on pousse la porte d’une pharmacie (d’ailleurs non, de nos jours on ne pousse plus de porte de pharmacie ou presque, on se présente plutôt jusqu’au capteur automatique qui déclenche l’ouverture des portes automatiques), on se retrouve dans un univers assez moderne où le pharmacien ou la pharmacienne, ou l’employé(e) polyvalent(e) en pharmacie nous accueille et traite notre ordonnance en la consignant sur informatique (lui permettant de retrouver l’historique pour chaque patient sur présentation de sa carte vitale quand tout est renseigné en temps et en heure) puis en nous délivrant les médicaments et les produits pharmaceutiques que nous sommes venus chercher pour aller mieux.

Un système bien huilé, qui bien qu’étant dans un secteur contraignant, nous fait oublier que la gestion d’une ou plusieurs pharmacies n’est pas une mince affaire et que votre pharmacienne ou votre pharmacien n’est pas seulement un spécialiste en matière de santé, mais aussi une entrepreneuse ou un entrepreneur qui a un business à gérer de la meilleure des manières. Et si une pharmacie avec une bonne notoriété et un bon emplacement dans une région assez peuplée peut, même avec le loyer, s’avérer être une plus que juteuse opération pour celui ou celle qui la possède, on en arrive pas là sans devoir consentir à certains efforts à un moment donné ou à un autre.

Dans les lignes qui suivent, nous allons voir tout ce par quoi celui qui vous regarde en souriant (les gens sont généralement très souriants et accueillants dans les pharmacies et c’est plutôt logique) quand vous arrivez dans son officine a dû passer pour en arriver là et comment bien choisir la pharmacie pour pouvoir s’installer.

  • L’emplacement, un critère primordial
  • Le fonds de commerce
    • L’équipement de l’officine
    • La patientèle
  • Le chiffre d’affaires et le prix de vente
  • Surveiller les petites annonces fréquemment

Un emplacement idéal, un critère essentiel

Comme vous pourrez le constater sur le site Internet du cabinet Plumecocq, spécialiste dans le domaine de la transaction pharmaceutique et qui aide depuis de nombreuses années les personnes qui cherchent à acheter ou vendre une pharmacie d’officine, les différentes petites annonces insistent un maximum quand elles en ont les moyens sur la localisation car tout le monde sait qu’il s’agit là d’un point extrêmement important.

Avoir un bon emplacement, avoir pignon sur rue comme l’on dit pour reprendre l’expression consacrée, est quelque chose de véritablement capital, décisif même dans la façon dont vous allez pouvoir mener vos affaires à bien par la suite. Ce critère qui vaut pour tous les investissements ayant trait à l’acquisition de commerces physiques s’applique aussi à de nombreux acteurs du domaine de la santé et les officines en font pleinement partie. C’est un point qui n’est pas en soi difficile à comprendre mais que l’on a tendance à oublier.

Le fonds de commerce

Autre élément qui ne différenciera pas une pharmacie d’officine d’un commerce d’un autre genre, le fonds de commerce. Comme vous le savez peut-être si vous avez des notions d’entrepreneuriat, le fonds de commerce joue un rôle essentiel au moment d’établir la valeur d’un commerce qui est en vente. Parmi tous les éléments qui composent le fonds de commerce nous allons en développer deux en particulier qui nous apparaissent comme essentiels dans le cadre d’une pharmacie, les équipements de cette dernière ainsi bien sûr que sa patientèle.

Les stocks d'une pharmacie

Les équipements et stocks d’une officine

Avez-vous déjà vu un automate de pharmacie à l’oeuvre ? Si oui, vous savez pertinemment où nous allons en venir. Si non et pour toutes les personnes qui n’auraient pas eu la chance de voir un robot de pharmacie à l’oeuvre, pour faire la version courte, il s’agit d’un automate qui va aller récupérer les différentes boites de médicaments que l’opérateur lui demande quand il traite l’ordonnance devant vous. C’en est presque magique tant c’est révolutionnaire et les apothicaires et apothicairesses auraient bien aimé pouvoir compter sur un tel équipement. Il faut savoir qu’un automate de ce type coûte tout de même la bagatelle de 70000€ pour les robots de début de gamme, c’est-à-dire semi-automatique. Les plus perfectionnés, automatiques coûtent plus chers encore, mais scannent eux-mêmes les boites de médicaments pour aller les ranger à chaque réapprovisionnement. De quoi laisser un supplément de temps à chaque opérateur ou opératrice pour davantage de conseil à la patientèle ou pour d’autres tâches.

Les équipements de présentation OTC, dans le langage des officines, cela signifie Over The Counter et désigne les produits dits en vente libre (sans ordonnance) de nos jours pourront aussi être attractifs et valorisés, tout comme, bien sûr, le stock sachant qu’en matière de médicament, cela peut monter très vite ! Mais revenons sur la patientèle, car c’est bel et bien l’autre élément de valorisation du fonds de commerce à surveiller de près si l’on souhaite faire l’acquisition d’une officine.

La patientèle d’une officines

Le fonds de commerce ne se matérialise pas uniquement de façon matérielle, c’est le cas de le dire. En effet, la clientèle, nous parlerons de volontiers de patientèle dans le cas d’une officine, même si le mot clientèle (produits parapharmaceutiques, compléments alimentaires…) est également approprié. Savoir que l’on peut compter sur une volume de patients ou clients est essentiel pour un pharmacien ou une pharmacienne qui souhaite faire l’acquisition d’une officine.

Cela sera bien sûr fortement appuyé ou non par le nombre de prescripteurs qui se trouvent à proximité de l’établissement et qui seront autant « d’alibis » à ce que vous puissiez éventuellement capter une clientèle nouvelle (personnes qui n’étaient pas particulièrement satisfaites par les propriétaires précédents, nouveaux arrivants, etc.), mais un « pool » de patients déjà conséquent est sans doute le meilleur moyen de vous lancer quand vous arrivez dans un nouvel endroit car vous allez pouvoir bénéficier des habitudes de toutes ces personnes et vous aurez tout intérêt à ce que votre prédécesseur qui vous cède l’officine ne manque pas de vous faire bonne presse avant-même que vous n’arriviez.

Le logo d'une pharmacie

Le chiffre d’affaires et le prix de vente

Indépendamment de la patientèle et des équipements, même les plus perfectionnés que pourrait avoir une officine que vous vous apprêteriez à acheter, il faut bien entendu également se pencher sur le chiffre d’affaires réalisé par la pharmacie en question. Encore une fois, même si c’est un indicateur fort il faut, comme pour tous les indicateurs savoir le croiser avec d’autres données et le compléter à la lumière d’autres éléments – comme tout ceux que nous avons vus précédemment entre autres – mais ce dernier donne déjà une bonne idée.

Ensuite et comme pour n’importe quel bien immobilier que vous achèteriez, comment ne pas parler du prix de vente. Les offres les plus alléchantes du marché auront beau présenter le meilleur des potentiels – et ce même si vous êtes le meilleur pharmacien ou la meilleure pharmacienne du monde – il y a malheureusement un prix de vente qui est là et qui n’est négociable que dans une certaine mesure. Ainsi, si les banques ne vous suivent pas dans cet investissement il vous faudra revoir vos prétentions à la baisse et cibler une officine moins coûteuse. Cela étant dit, si vous avez un apport conséquent et un projet solide, surtout si vous avez déjà une ou plusieurs expériences probantes à mettre en avant, il y a toutes les chances que les organismes prêteurs vous suivent et y voient pour eux également un moyen fiable de rentabiliser le prêt qu’ils consentiront à vous octroyer.

Etre à l’affût des meilleures offres

Si l’acquisition d’une nouvelle pharmacie n’est pour vous qu’une question de temps mais que la décision est prise et est mûrement réfléchie, l’idéal restera toujours de ne pas agir dans l’urgence mais au lieu de ça pouvoir surveiller le marché régulièrement et attendre ainsi le bon moment pour saisir la bonne opportunité au regard de tous les éléments que nous avons abordés ci-dessus et de tous les autres éléments que nous n’avons pas cités mais qui font aussi partie des facteurs décisionnels sur lesquels vous vous appuierez au moment d’acheter ou non votre future officine.

Pour en arriver là, l’un des meilleurs moyens consiste à surveiller le plus régulièrement que possible toutes les annonces de vente de pharmacies pour pouvoir sauter sur la bonne offre quand celle-ci se présentera.

Voilà, nous espérons que maintenant vous vous représentez un peu mieux tout ce par quoi a dû passer votre pharmacien ou votre pharmacienne et que si vous êtes pharmacien ou pharmacienne vous-même vous aurez su vous reconnaître dans cet article et pourquoi pas même vous montrer d’autant plus vigilant(e) sur un point ou deux pour vous lancer de la meilleure des manières !

Pharmaciennes, pharmaciens : comment bien choisir leur pharmacie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *