Les étapes de la création d’une startup

Les étapes de la création d’une startup

Vous souhaitez fonder une start-up, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Il est vrai que la création d’entreprise est un chemin compliqué, d’autant plus lorsqu’il s’agit de start-up. Entreprise à haut potentiel de croissance, cette dernière évolue par définition dans un environnement incertain. Elle nécessite d’être structurée et financée correctement : dans les faits, seulement 10 % d’entre elles survivent une fois créées. Ce n’est cependant pas une fatalité ! Suivez ces 10 étapes et réussissez au mieux le lancement de votre start-up.

Les étapes pour créer une startup

Identifier un besoin

Pour créer une start-up, il faut avant tout une idée. À ce stade, les idées fusent dans tous les sens. Mais comment retenir la bonne ? Comment reconnaître le projet qui va révolutionner l’univers des start-up (ou pas) ?

Pour le savoir, une seule question à se poser : mon idée répond-elle à un besoin ? Hyper originale ou novatrice, peu importe : si elle ne satisfait pas un besoin réel du consommateur, elle ne vaut rien. Votre but ? Apporter une solution, ou du moins une hypothèse de solution (pour l’instant) pour résoudre efficacement le problème identifié. Une bonne idée met le doigt sur un point douloureux, une urgence qui déclenche l’achat chez le client.

Étudier et tester son marché

Ca y est : vous l’avez ! Vous avez imaginé le concept qui va révolutionner le marché, vous en êtes persuadé(e) ! Mais avant ça, il va falloir passer par l’étape cruciale de l’étude de marché. Alors, comment connaître son secteur sur le bout des doigts ?

  • Analyser le marché : les grandes tendances, les menaces, les opportunités, la réglementation en vigueur… ;
  • Étudier la concurrence ;
  • Déterminer vos points forts et vos faiblesses ;
  • Identifier vos cibles : à qui s’adressent vos produits/services ?

Au-delà de l’aspect théorique, confronter votre idée à la réalité du terrain est absolument inévitable : interrogez votre entourage, échangez avec les consommateurs via des questionnaires et surfez sur les forums ou réseaux sociaux pour comprendre leurs besoins et comportements d’achat.

Savoir s’entourer

Savoir s'entourer

Soyons clairs : créer une société représente une charge de travail considérable. Il est donc indispensable d’être bien accompagné et soutenu pendant cette période.

Une start-up, c’est d’abord une équipe unie. Rien ne vaut des partenaires soudés pour partager les coups durs, le stress, mais aussi les bonnes nouvelles ! Constituer un groupe permet également de répartir les tâches selon les compétences. Votre point fort, c’est la communication ? Laissez votre associé s’occuper de la partie financière. Il est davantage rassurant pour les investisseurs de financer un projet porté par des personnes enthousiastes et complémentaires.

Pensez aussi à intégrer des réseaux d’entrepreneurs ou un incubateur pour vous faire épauler dans la création de votre start-up et développer dans le même temps votre réseau.

Enfin, vos proches restent votre pilier : n’oubliez pas de les remercier pour le soutien qu’ils vous apportent.

Rédiger son business plan

Faire un business plan

Élément fondamental de la création d’entreprise, le business plan est un document regroupant l’ensemble des informations qui concernent votre projet. Il se compose en général d’une partie commerciale et stratégique (étude de marché, business model, marketing…) et d’une partie chiffrée (plan de financement et prévisions financières).

Il permet de :

  • S’assurer de la faisabilité et viabilité du projet ;
  • Montrer sa pertinence, mais aussi ses limites ;
  • Convaincre d’investir dans la future société.

Débutez-le toujours par un executive summary : résumé d’une à deux pages maximum, ce dernier permet de capter en un coup d’oeil l’essence de votre projet. Partenaires, associés, banquiers et autres investisseurs qui auront à consulter ce dossier vous en seront reconnaissants !

À noter : un business plan n’est pas figé. Il évolue au fil des changements du marché et des ajustements de votre business model.

Construire une présence en ligne

Même si vous travaillez dessus depuis plusieurs mois, votre projet n’en est encore qu’à ses débuts. Ce n’est pas une raison pour ne pas être présent en ligne dès maintenant ! Articles de blogs, réseaux sociaux, vidéos, podcasts… Profitez de ces supports gratuits pour promouvoir une stratégie de contenu. Grâce à cela, vous :

  • Mesurez l’intérêt des consommateurs ;
  • Affinez votre cible ;
  • Commencez à construire une communauté de prospects qualifiés ;
  • Démontrez votre expertise sur le sujet.

Si vous vous demandez quelles plateformes privilégier, posez-vous la question suivante : “où mes cibles marketing se trouvent-elles ?” : rien ne sert de consacrer du temps à un réseau sur lequel votre client idéal n’est pas présent.

Songez enfin à votre ligne éditoriale. Elle doit coller à l’esprit de votre concept.

Réfléchir au financement

Si, au démarrage, une entreprise peut être alimentée grâce aux fonds propres du créateur et de ses associés, un développement efficace passe le plus souvent par un financement extérieur. L’autofinancement étant rarement suffisant pour mettre en place des projets à haut potentiel de croissance, trouver des moyens supplémentaires devient rapidement nécessaire. Un entrepreneur peut avoir recours à :

  • La love money : il s’agit de l’argent investi dans votre entreprise par votre cercle d’amis et votre famille ;
  • Des business angels : ces personnes investissent une partie de leur patrimoine pour accompagner des jeunes start-up ;
  • Un concours de création d’entreprise : outre le fait de gagner en visibilité, remporter un concours est un bon moyen de financer sa société ;
  • Un prêt : emprunter auprès des banques demeure une technique classique pour assurer le développement de sa société ;
  • Un financement participatif : il reste particulièrement intéressant si votre service s’adresse aux particuliers.

Quels que soient les moyens de financement choisis, vous aurez forcément à convaincre des investisseurs, d’où l’intérêt d’avoir un business plan solide.

Établir un planning

Pour mettre toutes les chances de votre côté, une bonne organisation est primordiale : passez en mode gestion de projet et bâtissez un rétroplanning afin de respecter au mieux les dates butoirs fixées.

Pour commencer, identifiez toutes les tâches et sous-tâches que vous devez accomplir. Évaluez pour chacune d’entre elles leur durée respective et ordre de priorité : vous y verrez tout de suite beaucoup plus clair.

La planification n’est pas votre fort ? Aidez-vous d’outils en ligne tel que Monday ou Trello pour organiser votre avancée, répartir le travail et communiquer au mieux avec votre équipe.

S’occuper de la partie juridique

Comme pour toute création d’entreprise, l’aspect légal ne doit pas être laissé de côté. L’un des premiers points à régler est le choix du statut. Déterminée selon de multiples critères (type d’activité exercée, responsabilité des fondateurs, nombre d’actionnaires et d’investisseurs…), il est essentiel que la forme sociale choisie convienne au type de structure si particulier qu’est la start-up. Elle doit d’une part s’adapter à son instabilité, et d’autre part à la grande prise de risque qui l’accompagne.

En cas de doute, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel. Parmi les formes généralement choisis pour les start-up, on retrouve la société anonyme (SA), la société par actions simplifiée (SAS) et la société à responsabilité limitée (SARL).

Lancer son Produit minimum viable

Place au concret ! Il est temps de passer un cap en sortant votre PMV ou produit minimum viable. Tel un “brouillon” du service imaginé pour le consommateur, il correspond à une version de base qui servira à valider (ou non) les hypothèses que vous avez formulées lors de l’étape n°1. Les seules conditions du PMV ? Posséder la fonctionnalité la plus importante et être utilisable par le client.

Alors, pourquoi lancer un produit même si celui-ci n’est pas parfait ?

  • Pour vérifier qu’il répond au besoin du consommateur ;
  • Pour obtenir des avis pertinents ;
  • Pour attirer des investisseurs ;
  • Pour satisfaire les premiers clients (convertis grâce à votre présence en ligne).

Moins risqué et moins coûteux qu’un lancement final, ce PMV détermine si cela vaut la peine d’investir du temps et de l’argent dans une version complète de votre produit.

Lever des fonds si besoin

Vous avez réussi ! Votre start-up est lancée depuis plusieurs années maintenant. Bien implantée sur le marché, son image de marque est à présent reconnue et vous avez atteint la rentabilité économique. Fort(e) de votre succès, de nouvelles possibilités s’ouvrent à vous : développement international, embauches, lancement d’un nouveau produit… Du potentiel reste à exploiter : c’est le moment de monter en puissance et booster la croissance de votre business avec une levée de fonds.

Méthode de financement très prisée des start-up, elle consiste à augmenter le capital social de la société en faisant appel à des investisseurs qui, en échange, reçoivent des titres financiers. En plus de vous apporter des fonds, ces investisseurs (très souvent eux-mêmes entrepreneurs) connaissent bien les problématiques que vous rencontrez. Leur expertise et réseau représentent des atouts intéressants.

Attention : la levée de fonds est un processus particulièrement long qui nécessite une solidité financière préalable.

Vous voilà fin prêt à vous lancer dans la belle aventure de l’entrepreneuriat !

Laisser un commentaire