Devenir son propre patron est-il devenu une mode ou un phénomène de société ? Si de nombreux freelances décident de quitter leur emploi pour ouvrir leur propre structure, c’est avant tout parce que les promesses d’une vie meilleure sont nombreuses : rémunération plus élevée, gestion du temps personnalisée, responsabilité limitée, hiérarchie inexistante…

Pourquoi, le créateur d’entreprise est très vite confronté aux difficultés de la réalité. Les différentes formalités administratives et fiscales à effectuer peuvent s’avérer décourageantes, la recherche de financement difficile, et le poids de la concurrence parfois démoralisant. Face à ces nombreux problèmes, de nombreux freelances abandonnent leur activité au cours de la première année, alors que ceux qui persévèrent peuvent parfois parfaitement réussir leur vie.

Nous vous présentons sur cette page quelques réalités de la création de l’entreprise. Devenir son propre patron est-il uniquement le rêve des salariés déçus ? Créer son entreprise est-il au contraire le moyen de se démarquer et d’entamer une nouvelle vie professionnelle ? Nous tentons de vous répondre.

Ouvrir sa propre entreprise

Pourquoi devenir son propre patron lorsqu’on occupe un emploi salarié ?

De nombreux salariés souhaiteraient pouvoir quitter l’emploi qu’ils occupent pour créer leur entreprise et devenir leur propre patron. D’autres, face à cette situation, s’étonnent qu’ils puissent quitter un emploi salarié, qui est nécessairement plus sécurisant en termes financiers.

Il faut savoir que lorsqu’ils ont une idée de création d’entreprise, les porteurs de projet ont du mal à rester en poste salarié. Face à la possibilité de créer une entreprise innovante, dont l’activité commerciale pourrait dans certains cas doubler leur salaire, les entrepreneurs sont prêts à consacrer de nombreuses heures de travail pour mener leur projet à bien. Créer son entreprise, c’est une magnifique reconversion professionnelle. Le projet de création d’entreprise est à la fois un risque et une passion. L’entrepreneuriat est un mélange de doutes et d’audace pour le chef d’entreprise.

Face à une idée innovante, les porteurs de projets n’ont donc aucun mal à quitter le système du salariat. Lorsqu’il crée son entreprise, le freelance se projette dans une grande aventure dont il espère sortir victorieux. C’est là que se trouve tout l’intérêt du statut, qui doit être suffisamment souple pour laisser à l’entrepreneur la possibilité de créer comme il l’entend son activité, et suffisamment protecteur pour ne pas engager une trop grande responsabilité en cas d’échec de son projet de société.

Devenir auto entrepreneur

Sous quel statut exercer lorsqu’on désire devenir son propre patron ?

Devenir son propre patron nécessite d’acquérir un statut légal qui permettra d’abriter une activité tout au long de l’année, de manière licite. Si le statut d’autoentrepreneur est celui vers lequel le freelance va se diriger en premier, comme par réflexe, il existe bien d’autres structures qui pourraient accueillir un projet d’entreprise. Chacune d’entre elle pourra concrétiser le projet de celui qui souhaite monter son entreprise afin d’être son propre patron.

Au-delà du fait que dans tous les cas, créer son entreprise permet de travailler pour son propre compte, les formalités administratives et le paiement des cotisations seront envisagées différemment selon la forme sociale choisie. Un avocat ou un expert comptable pourront conseiller efficacement celui qui souhaite devenir entrepreneur et créer sa propre entreprise, afin de ne pas regretter son choix quelques mois après avoir fait immatriculer sa structure.

Celui qui travaille pour son propre compte le fait avant tout pour gagner de l’argent. Ainsi, il est nécessaire de réfléchir correctement au statut adopté afin de d’entreprendre pour obtenir des bénéfices suffisants, et optimiser ses gains en matière de charges sociales et fiscales. D’une manière générale, deux options se présentent pour l’entrepreneur : adopter le statut de micro entrepreneur, ou créer une personne morale. Entre les deux, se situe l’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée), qui permet d’affecter une partie du patrimoine de l’entrepreneur à son activité professionnelle, sans créer une personne morale particulière.

Difficultés pour un freelance

Devenir son propre patron : l’exemple de la micro-entreprise

Parmi les entrepreneurs modernes, de nombreux exercent leur activité sous la forme d’une micro entreprise. Devenir micro entrepreneur apporte de nombreux avantages pour celui qui souhaite devenir patron sans créer une structure importante. Le statut d’auto entrepreneur convient également à celui qui poursuit ses études, c’est-à-dire à l’étudiant entrepreneur.

La micro entreprise ne nécessite que peu de démarches administratives pour créer une petite entreprise, dont le chiffre d’affaires annuel ne dépassera pas 170.000€ pour les activités de création et de vente de marchandises, et 70.000€ pour les prestations de service. Les cotisations sociales des auto entrepreneurs sont réglées directement auprès de l’Urssaf. Le régime social ainsi que le régime fiscal, dans le cadre de ce statut juridique, sont simplissimes puisque le micro entrepreneur est soumis à de faibles charges sociales, et à l’impôt sur le revenu dans le cadre duquel il peut opter pour le versement libératoire lors de l’acquisition du statut.

Quel que soit le secteur d’activité concerné, la micro entreprise permet à l’entrepreneur individuel de changer de vie professionnelle, ou de poursuivre son activité tout en étant son propre patron. Ce dernier se voit alors attribuer un numéro de Siret qui devra figurer sur ses factures, et qui sera rappelé pour le paiement de chaque cotisation.

Par ailleurs, la responsabilité civile du micro entrepreneur est en principe illimitée. Selon le secteur d’activité de l’entreprise individuelle, il sera donc nécessaire de souscrire à une assurance de responsabilité professionnelle afin de faire face à un éventuel risque entrepreneurial. Que l’activité consiste en un commerce indépendant ou en la réalisation de prestations de services, la responsabilité de l’entrepreneur peut rapidement avoir un impact non négligeable sur son chiffre d’affaire. Il convient donc de se protéger du mieux possible, ou bien de passer sous la forme d’une société commerciale pour se protéger des risques tout en souhaitant devenir travailleur indépendant.

Devenir son propre patron : la création d’une société commerciale

Les entrepreneurs qui le souhaitent peuvent également créer leur propre structure juridique, sous la forme d’une société commerciale. La création de l’entreprise implique dès lors la création d’une personne morale, laquelle disposera de sa propre personnalité juridique, et de son propre patrimoine. Il s’agira dans ce cas d’une personne morale immatriculée au registre du commerce et des sociétés (RCS), par le biais du greffe du Tribunal de commerce dont dépend le siège social de la société.

Si de nombreuses structures, telles que le Centre de formalités des entreprises (CFE) offrent aux créateurs d’entreprise un conseil en création d’entreprise, la création d’une société passe par le choix de la forme juridique. En la matière, il y a plusieurs choix qui s’offrent à l’entrepreneur, en fonction du modèle économique qu’il envisage d’adopter dans le cadre de son projet entrepreneurial. Parmi ces différents modèles, on retrouvera :

  • La société par actions simplifiée / unipersonnelle (SAS / SASU)
  • La société à responsabilité limitée / entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (SARL / EURL)
  • La société anonyme (SA)
  • La société en commandite simple / par actions (SCS / SCA)
  • La société en nom collectif (SNC)

Chaque personne qui a lancé une entreprise est nécessairement passé par la question de la forme juridique, que qui se pose dès lors que l’on monte une société, unipersonnelle le cas échéant.

Formalités en entreprise

En dehors du choix du statut, plusieurs questions vont se poser à l’entrepreneur, telles que le montant du capital social, le montant des charges sociales, la demande d’exonération des cotisations sociales (ACRE), le lieu du siège social, ou encore l’ouverture d’un compte bancaire.

Si un entrepreneur ne se sent pas prêt pour avoir sa propre entreprise sous la forme d’une société commerciale, il est toujours possible, plutôt que de se diriger vers la création d’entreprise, d’opter pour le statut d’auto entrepreneur ou le portage salarial.

Est-il possible de devenir son propre patron sur Internet sans argent ?

De nombreux entrepreneurs se demandent s’il est possible de devenir son propre patron sur Internet sans avoir d’argent. Est-il possible de monter une entreprise lorsqu’on n’a aucun euro à investir dans son projet ?

Il faut en réalité distinguer plusieurs choses. L’entreprise envisagée est-elle physique ou uniquement numérique ? S’il est nécessaire de louer un local, d’acheter du matériel industriel, d’acheter un véhicule ou de lancer une importante campagne publicitaire, alors il sera particulièrement difficile de devenir son propre patron sans argent sur Internet. En effet, les financeurs du projet (associés, actionnaires, établissements bancaires) n’accorderont sans doute aucune confiance à un projet dans lequel l’initiateur et le responsable n’apportent pas un seul euro.

En revanche, si l’entreprise envisagée propose uniquement du service aux consommateurs, et ne nécessite aucun investissement, alors il sera tout à fait possible de devenir son propre patron par Internet sans argent. Bien évidemment, certains frais liés à l’immatriculation de l’entreprise, si le chef d’entreprise souhaite ouvrir une personne morale, devront être payés, mais ces derniers sont négligeables si on les compare avec les frais d’acquisition d’un véhicule utilitaire !

Il faut donc dans un premier temps que l’entrepreneur freelance détermine bien son activité et ses besoins. Rien ne tombe du ciel : s’il est nécessaire d’acheter du matériel, alors il sera impossible de créer son entreprise sans argent par Internet. Dans d’autres cas, il n’y aura aucun problème pour commencer à exercer son activité commerciale ou libérale et faire sa publicité sur les réseaux sociaux. Un conseil en entreprises ou un avocat peut dans ces conditions aider l’entrepreneur à y voir plus clair sur son projet et évaluer les différents investissements dont il peut avoir besoin pour créer son activité.

Ouvrir une entreprise sans argent

Comment préparer l’ouverture de son activité professionnelle comme travailleur indépendant ?

Avant de se lancer dans la création d’une entreprise, il est nécessaire pour l’entrepreneur d’effectuer quelques vérifications et tâches administratives afin de préparer son activité et son futur environnement de travail. Un bon entrepreneur commencera ainsi par évaluer l’activité qu’il projette d’exercer. Quels en sont les concurrents ? Quelle est la clientèle visée ? La réalisation d’un business plan et d’une étude de marché est parfaitement incontournable lorsqu’on souhaite devenir indépendant.

Il sera également nécessaire d’établir un bilan prévisionnel s’il est nécessaire de demander des apports à des associés ou des établissements financiers pour démarrer son activité indépendante. Le créateur d’entreprise devra également veiller à comparer les différents statuts juridiques, ainsi que les formalités de création (étapes de création) à respecter de la naissance du projet jusqu’à l’immatriculation de l’entreprise.

Certaines professions nécessitent par ailleurs une formation particulière, qu’il sera nécessaire d’effectuer, même si l’entrepreneur espère être totalement indépendant dans le cadre d’une auto entreprise, par exemple.

La stratégie digitale de l’entreprise devra également être étudiée par l’entrepreneur afin de pouvoir toucher une clientèle suffisante dès le lancement de l’activité. Ces conseils sont bien entendu valables, que l’entrepreneur souhaite effectuer une création ou une reprise d’entreprise, y compris sous la forme d’une franchise. Par ailleurs, il peut être nécessaire de faire appel à un professionnel pour la rédaction des statuts, tel qu’un avocat ou un expert-comptable.

Société en préparation

Conclusion sur le fait de devenir son propre patron

Vous l’aurez compris, devenir son propre patron peut être une formidable aventure comme une véritable source de tracasserie. Les entrepreneurs peuvent compter sur l’aide de nombreux professionnels pour mieux organiser leur activité et créer leur entreprise dans les meilleures conditions. En la matière, Expert-Startup vous fournira dans un premier temps une abondante littérature sur la création et la gestion de votre société, afin de mieux vous en sortir face à un marché ultra-concurrentiel et des formalités administratives parfois difficiles à comprendre. N’hésitez pas à nous suivre sur notre page Facebook pour poser vos questions et obtenir de nombreux renseignements sur la création et la gestion de votre entreprise. Notre blog vous fournira également de nombreuses actualités sur l’entrepreneuriat.