Lorsqu’un entrepreneur souhaite devenir son propre patron, parfois sans argent et rapidement, il est nécessaire de savoir vers quel type de forme sociale se diriger. Parmi les plus simples, sous la forme d’une société commerciale, figure la SAS. La société par actions simplifiée peut alors être créée seule, avec un seul actionnaire (on parlera alors de société par actions simplifiée unipersonnelle, ou SASU), ou bien avec deux actionnaires ou plus.

Pourquoi créer une société pour exercer son activité ?

Les personnes qui souhaitent bénéficier d’un retour rapide à l’emploi, ou qui exercent une activité salariée, peuvent parfois voir plus loin et souhaiter devenir leur propre patron. Dans ces conditions, ces dernières peuvent créer leur propre structure sociale et organiser leur activité selon leur désir, sans les contraintes qui émanent de la hiérarchie.

Plusieurs études doivent toutefois être menées avant de démarrer son projet, car il ne s’agit pas de se lancer dans une création d’entreprise à l’aveugle, même pour les entrepreneurs les plus fous. Il est toujours nécessaire, avant de donner vie à son idée, de réaliser une étude de marché qui fera état de la concurrence et des besoins de la clientèle. La réalisation d’un business plan permettra également d’aboutir sur un bilan prévisionnel, grâce auquel vous pourrez avoir une idée de l’attractivité de votre activité.

Pourquoi choisir la société par actions simplifiée pour créer sa première entreprise ?

La société par actions simplifiée (SAS) est un type de société très souple et facile à mettre en place. Facile à administrer au quotidien, cette personne morale correspond très bien aux besoins d’un entrepreneur au début de son activité. La création d’une personne morale implique toutefois la réalisation des statuts sociaux, lesquels peuvent être rédigés par un avocat, un expert comptable ou directement par l’entrepreneur. La publication d’un avis dans un journal d’annonces légales (JAL) est également une condition nécessaire, tout comme le dépôt des fonds chez un intermédiaire financier habilité.

Une fois ces étapes effectuées, l’actionnaire unique, ou le président de la société, peuvent prendre contact avec le greffe du tribunal de commerce du lieu du siège social de la personne morale, afin d’immatriculer la société au registre du commerce et des sociétés (RCS). De cette manière, il est possible de recevoir rapidement un extrait Kbis chez soi, et de commencer à exercer son activité.

Le patrimoine propre de la société par actions simplifiée (SAS) : un avantage et un piège pour l’entrepreneur

Dans le cadre de son activité, sous la forme d’une SAS, l’entrepreneur sera aux commandes d’une société qui possède son propre patrimoine et sa propre personnalité juridique. Tous les actes effectués au nom de la société ne doivent donc pas être mélangés avec les actes que l’entrepreneur pourrait effectuer en son nom propre.

À l’inverse, ce qui constitue un avantage indéniable de la société par actions simplifiée, c’est que l’actionnaire possède une responsabilité limitée au montant de son apport. En effet, puisque les deux patrimoines (celui de la personne morale, et celui de l’actionnaire) sont distincts, il est impossible pour les créanciers de l’entreprise de poursuivre le règlement de leurs créances sur le patrimoine de ces derniers. Les meubles et immeubles que possèdent les actionnaires d’une SAS sont donc, par principe, à l’abri de toute action des créanciers de la société.

Conclusion sur la société par actions simplifiée

Si vous souhaitez vous aussi vous lancer dans la conception et la gérance d’une société par actions simplifiée, n’hésitez pas à lire notre fiche d’information sur ce type de société. Vous trouverez sur Expert Startup de nombreuses informations qui vous permettront de mieux organiser et de faciliter vos démarches en tant que créateur et dirigeant d’entreprise.

Créer une SAS : quels avantages pour le chef d’entreprise ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *